COMMUNIQUÉ : Un groupe populaire en grève contre l’austérité

Québec, le 20 mars 2015 – Réuni-e-s en assemblée générale spéciale hier soir, les membres du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste se sont voté-e-s une banque de 5 journées de grève à utiliser d’ici septembre 2015. Deux dates sont déjà arrêtées au calendrier : le 2 avril et le 1er mai.

En grève dès le 2 avril

Le 2 avril prochain, le Comité populaire entamera donc la première journée de grève de son histoire. « Pour nous, le 2 avril, ce sera non seulement un moment où nous commencerons à nous approprier la grève comme moyen de pression, mais aussi, comme moyen d’exprimer notre solidarité avec d’autres mouvements en grève. À l’heure actuelle, nous restons ouverts et ouvertes à des possibilités d’actions en alliance avec ceux-ci. Nous irons aussi rejoindre les autres membres du FRAPRU à Montréal pour participer à une manifestation organisée par l’ASSÉ sur le thème « Nos acquis valent plus que leur profits », explique Marie-Ève Duchesne, permanente pour l’organisme.

Solidaire contre l’austérité le 1er mai

Une autre date importante de ce mouvement sera le 1er mai prochain. En effet, les membres ont commencé à faire prendre vie à cette journée de grève dans le Faubourg. On pourra donc s’attendre à voir des militants et des militantes du Comité populaire occuper l’espace de leur quartier pour cette autre journée de grève déjà prévue. Le thème Faubourg solidaire contre l’austérité a retenu l’attention des membres rassemblé-e-s hier soir. « Déjà, un comité de 10 personnes a été formé pour travailler à faire de cet évènement un moment marquant pour le quartier. Le 1er mai, c’est une longue tradition de luttes et de résistances et le contexte socio-politique dans lequel nous nous trouvons nous oblige à renouer avec celle-ci » ajoute Marie-Ève Duchesne qui précise que l’organisme participera également à la manifestation en soirée prévue par la Coalition pour la justice sociale.

Grève sociale contre l’austérité

L’assemblée fut l’occasion de préciser les implications d’une grève pour un groupe comme le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. « Dans notre contexte il ne s’agit pas d’un arrêt de travail, faire la grève cela veut dire suspendre nos activités régulières comme le Vestiaire du faubourg ou le service aux locataires pour concentrer les énergies du groupe sur la sensibilisations à nos revendications et la participation à des moyens de pressions » indique Nicolas Lefebvre Legault, permanent de l’organisme.
Le vote d’hier s’inscrit dans un mouvement plus large qui secoue la société québécoise. «Les associations étudiantes ne sont pas les seules organisations à prendre des votes de grève, nos regroupements consultent actuellement leurs membres sur une grève sociale contre l’austérité. Hier, deux autres groupes communautaires de notre quartier étaient présents à l’assemblée générale et ont indiqué leur intention de consulter eux aussi leurs membres pour une grève le 1er mai», précise Nicolas Lefebvre Legault.
L’assemblée d’hier a, par ailleurs, adopté les revendications suivantes : le retrait des mesures d’austérité des budgets 2014 et 2015, la mise en place de mesures fiscales permettant de mettre davantage à contribution les personnes à haut revenu et les grandes entreprises et le plein financement, la reconnaissance et l’autonomie des groupes d’action communautaire autonome. Les autres journées de grève seront prises selon la conjoncture.
Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste est un comité de citoyens et de citoyennes actif dans le Faubourg Saint-Jean-Baptiste depuis 1976. Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste est membre du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire, le RÉPAC, qui consulte actuellement ses membres sur une grève sociale contre l’austérité.

Comité populaire Saint-Jean-Baptiste
« Une force dans le quartier »

Leave a Comment